Salon Amis des Arts

Le 40 ème Salon des Amis des Arts de Chaville se tiendra du vendredi 16 novembre au mardi 27 novembre 2018 à l’Atrium de Chaville, Espace Louvois, 3 parvis Robert Schuman.

Il sera ouvert tous les jours de 14h à 19h30.

Nous réunirons autour de nos Invités d'honneur, Les Peintres Officiels de l'Armée, un Pivot d'honneur, composé de Béatrice Roche-Gardiès (Peintre Officiel de l'Air et de l'Espace), Graciela Grimaldi, Catherine Roch de Hillerin (Peintre Officiel de l'Air et de l'Espace), Christiane Rosset (Peintre Officiel de la Marine), Julie Roussin-Bouchard, Jacques Coquillay (Peintre Officiel de la Marine), Jean-Alexandre Delattre, Diego, Michel Jouenne (Peintre.Officiel de la Marine), Jean-Marie Zacchi (Peintre Officiel de la Marine).

Le thème du Salon sera "la joie, la fête, la liesse, la gaieté..."

   

Invités d'honneur

LES PEINTRES OFFICIELS DE L’ARMEE

ASSOCIATION DES PEINTRES OFFICIELS DE L’ARMEE DE TERRE- PEINTRES- SCULPTEURS- PHOTOGRAPHES.

_________________________________________________________________________

Les Peintres de l’Armée sont les descendants des « artistes peintres du dépôt de guerre », car au XVIIe siècle, on déposait leurs œuvres dans les combles de l’Hôtel des Invalides.

Le titre de Peintres des Armées avec spécialité Terre, Marine, Air et Espace ou Gendarmerie est officialisé par un décret d’avril 1981 modifié en mai 2005.Les Peintres des Armées sont nommés par le ministre de la Défense sur proposition d’un jury composé d’officiers, d’artistes et de spécialistes du monde de l’art ; ils sont d’abord « agréés » avec rang de Capitaine- puis, après trois renouvellement de trois ans, « titulaires » avec rang de Commandant. Nul ne peut donc se prévaloir du titre de Peintre Officiel de l’Armée, s’il n’a pas fait l’objet d’une décision ministérielle publiée au Journal Officiel.

Le nombre de Peintres agréés est limité à vingt ; celui des Peintres titulaires n’est pas limité. Les Peintres peuvent être agréés ou titulaires dans une ou  plusieurs armes.

Actuellement, 45 artistes, dont 6 sculpteurs et 3 photographes, ont le titre de Peintre de l’Armée-de Terre-(contre environ 44 pour la Marine et 29 pour l’Armée de l’Air).

Ces artistes sont bénévoles, contrairement à leurs anciens, et simplement remboursés de leurs frais lors des missions qu’ils remplissent, sur demandes des Unités, soit en Corps de troupes, soit en reportage à l’occasion d’opérations extérieures.

Ils sont tenus d’exposer au moins une œuvre à chaque Salon des Peintres de l’Armée. Leur mission est la représentation plastique de sujets militaires de nature à contribuer au renom de   l’Armée ; ils accomplissent cette charge de deux manières :

Par leurs œuvres qui, loin d’être le reflet d’une « école de peinture militaire » sont l’expression du style et de la créativité de chacun et complétant les autres moyens d’expression, apportent une vision personnelle et souvent une grande part de rêve à la vie du soldat.

Par leur personnalité, car ce sont pour la plupart des artistes de grande qualité, présidents de grands Salons parisiens, exposant leurs œuvres dans des Galeries prestigieuses connues, voire professant à l’étranger.

La variété des missions et des postures des Armées, offre aux peintres, sculpteurs et photographes officiels, un riche terrain d’expression, original et personnel.

Ils contribuent ainsi par leurs talents à apporter à leur niveau ce « supplément d’âme » sans lequel l’Armée et l’action militaire n’auraient plus le même sens.

Jean-Claude Lesquer- Président d’honneur des Peintres Officiels de l’Armée

Pivot d'honneur 2018

 


Graciela GRIMALDI

Née à Buenos-Aires, Graciela Grimaldi est une artiste franco-argentine contemporaine, installée à Paris depuis 1974.

Présidente de l’Association des Peintres du Marais,

Lauréate de l’Institut de France,

 Lauréate de la Société des Artistes Français,

 Sociétaire de la Fondation Taylor,

 Des études de Lettres et d’Histoire la destinaient à devenir enseignante, mais une fois obtenus ses diplômes, et pour répondre à la vocation qui l’animait depuis son enfance, elle suit des cours d’art plastique à l’Ecole Nationale des Beaux- Arts Prilidiano Pueyrredon, à Buenos-Aires, qu’elle complète à Paris par un cursus d’Histoire de l’Art à l’Ecole du Louvre .

 S’ensuit un riche parcours artistique nourri par 30 années d’expositions marquantes en Galerie de France et l’étranger, des participations aux grands Salons parisiens, du sud de la France et internationaux, Chine et Japon, des expositions personnelles, au Sénat, au Carré des Coignard, à l’Atelier des Peintres du Marais et à l’Espace des Blancs Manteaux entre autres, ainsi que dans de nombreuses villes d’Ile de France, où elle a été reçue en qualité d’Invité d’Honneur.

 Parallèlement à son parcours elle s’investit avec abnégation à améliorer la condition de ses pairs, et c’est ainsi qu’elle préside depuis de nombreuses années l’Association des Peintres du Marais, a participé au Comité de la Société des Artistes Français au Grand Palais, et collaboré avec plusieurs organisations artistiques.

 Ses oeuvres figurent dans diverses collections privés de France, Etats Unis, Japon, Chine, Italie et Moyen Orient.

  « L’oeuvre de Graciela Grimaldi recèle une richesse esthétique ainsi qu’une approche poétique servies par une composition rigoureuse. En effet, par un style dépouillé et une belle économie de moyens, son oeuvre picturale possède une forte puissance évocatrice traduite sur la toile, non seulement par le graphisme, mais aussi par la magie des couleurs utilisées et la sérénité qu’en découle, lorsqu’on regarde les tableaux de Grimaldi, on ressent immédiatement ce qui se cache derrière l’image, c'est-à-dire les mystères et secrets qui semblent se dissimuler derrière l’apparence des choses.

  Ainsi, l’artiste, pour notre plus grand plaisir, cherche et réussit à exprimer son ressenti, ses émotions face à la beauté des lieux qu’elle sait réinventer, rendant un hommage à la nature, mais aussi au génie de l’homme dont on devine souvent la présence. Pour toutes ces qualités les oeuvres de Grimaldi suscitent un réel engouement chez les amateurs d’art, et c’est pour cela que ses expositions sont toujours suivies par des collectionneurs qui viennent découvrir les nouvelles recherches de l’artiste, et faire provision de rêve et du bonheur. » (Patrice de la Perrière, rédacteur en chef du Magazine Univers des Arts).

  Principaux Prix et Distinctions :

  • Prix Karl Beule 2001, de l’Académie des Beaux- Arts, Institut de France.
  • Médaille de Vermeil de la Ville de Paris.
  • Plusieurs médailles d’Or des villes qui l’ont reçue en qualité d’Invité d’Honneur.
  • Médaille de la Société des Artistes Français, et prix privés.
  • Médaille d’Argent Académie Arts Sciences et Lettres.
  • Médaille d’’Argent du Mérite et Dévouement Français.
  • Médaille d’Or des Salons Internationaux d’Arles, STE Tulle en Lubéron, Aix en Provence, Asnières sur Seine, Le Bourget.

 Site officiel : www.gracielagrimaldi.com

Contact : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

  


 

Julie Roussin-Bouchard

Julie Roussin Bouchard est née à Lyon où elle y passe son enfance et son adolescence entre danse, musique et équitation. Elle rêve d’entrer au Beaux-Arts mais son père s’y oppose. Elle étudie alors le droit puis la biochimie et  devient l’assistante du Professeur Daniel Guilmet à Paris mais reste passionnée par la peinture.

Elle fait la connaissance du groupe Octo, rencontre le peintre Alain Bonnefoit et devient son modèle. Ce dernier l’encourage à peindre, ainsi que Bernardino Toppi : elle a du style et des couleurs.

Ancienne élève de l'Instituto per l'Arte e il Restauro à Florence, de l'atelier Lydie Ottelard à Paris et de l'atelier Paul Ambille à Clermont de l'Oise.

Aujourd’hui elle partage son temps entre ses ateliers de Paris, Moorea en Polynésie et Campilo Maritima en Toscane et s’adonne à l’Art avec passion et délectation.

Ces trois lieux aux inspirations et aux lumières bien particulières lui permettent de peindre et d'exprimer son amour de la vie et son goût des couleurs.

Lorsqu’elle peint Tahiti, on retrouve avec bonheur, le charme de ses paysages exotiques, la sensualité discrète des femmes au chapeau, l'ambiance mystérieuse de ses frondaisons denses et lourdes.

Observant avec acuité le monde qui l'environne, elle parvient à capter les images éphémères d'une nature luxuriante. elle sait camper des ambiances où le rêve et le fantasme occupent des places prépondérantes

La peinture de Julie Roussin-Bouchard ne laisse pas indifférent.

Elle nous permet de mieux comprendre l'attirance quasi magique que Tahiti exerça sur des peintres comme Gauguin ou Matisse et qui fait de ce lieu une terre privilégiée pour les artistes. Patrice de la Perrière

 « Lorsqu’elle peint elle s’attache à créer un univers qui réinvente la vie avec une réelle volonté de transfigurer tout ce qui l’entoure. Cette artiste a choisi d’exprimer la beauté dans des paysages de rêve et c’est pour cela que, dans ses tableaux, le spectateur peut y voir des histoires à sa convenance. Ses thèmes de prédilection sont Venise avec masques, gondoles et canaux, la Polynésie avec ses paysages lumineux et féériques, ou encore Paris qu’elle se plait à représenter à travers des scènes de rues, le marché aux fleurs, les bords de Seine ou encore les terrasses de café ». La Toscane, qu’elle aime retrouver à chacun de ses voyages en Europe, joue un rôle important dans son œuvre.

« Les femmes, thème privilégié de l’artiste, possèdent la grâce, la séduction, l’élégance, la discrétion et le raffinement. Leurs yeux masqués par leur chapeau rajoutent du mystère et de la distance. Malgré leur posture nonchalante, on les ressent animées par des pensées profondes. Les femmes qu’elle nous montre sont vraiment « ses » créatures : elle les façonne, les habille, les coiffe et les installe dans des positions et des situations qui créent une poésie enrichissante pour le travail de l’artiste. La notion de secret est aussi perceptible dans la plupart de ses créations et c’est certainement cela qui nous procure le plus de plaisir ». Patrice de la Perrière, Univers des Arts n°17.

 Sociétaire de la Société Nationale des Beaux-Arts,

Sociétaire du Salon d’Automne,

Sociétaire du Salon des Artistes français,

Sociétaire de la Fondation Taylor.

 Contact : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

                 Julie.roussinbouchard.com/info.html

 


DIEGO

Diego, un sculpteur talentueux qui lui aussi aime manier la matière avec la plus intelligente simplicité.

Son univers personnel met en scène des animaux domestiques ou non, dans une démarche de renversement des codes habituels des arts animaliers. Très influencé par les cultures populaires du monde entier, il utilise les animaux comme supports des caractères humains, sans pour autant tomber dans les travers habituels de l’anthropomorphisme facile.

En invitant à l’amusement comme fil conducteur de son œuvre, Diego parvient à toucher en toute discrétion, certaines des plus graves questions qui inquiètent l’humanité, tout en proclamant, en même temps que ses absurdités, sa grandeur.

Auteur du texte: Thibaud Josset , rédacteur en chef du magazine Univers des Arts

Contact: Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

 


Michel Jouenne 

Peintre Officiel de la Marine

«  Pour moi vivre c’est peindre,

    Mais aussi peindre c’est vivre.

    Deux actions qui se conjuguent sans équivoque

    Seulement au présent. »

Il est né le 25 janvier 1933 à Boulogne-sur-Seine d'un père ingénieur et d'une mère décoratrice à la manufacture de Sèvres. Etudes au lycée Claude-Bernard, où il débute ses premières gouaches. Première manifestation artistique au Salon de Versailles où il expose trois aquarelles dont une sera primée. Il passe le concours du professorat de dessin de la ville de Paris, en 1958.

Puis, il part pour le service militaire, en Kabylie, pendant deux ans ; c’est là qu’il peindra de nombreuses pochades. Et, c’est en Espagne, qu’il retrouvera les tons chauds des paysages algériens qu’il exposera à New-York, puis, régulièrement chaque année dans les grands Salons parisiens.

En 1991, il est nommé peintre officiel de la Marine. Il embarque alors sur différents bateaux de la Marine nationale. A l'occasion de "Brest 92", il séjourne sur l'aviso Jean Moulin, et en 1994, à l'occasion de l'Armada de la liberté, à Rouen il embarque sur le porte-hélicoptère la Jeanne d’Arc.

En 2002 : Ouverture du Musée Jouenne à Saint Rémy-de-Provence.

Il partage son temps entre Meudon et Eygalières, en pleine garrigue, au pied des Alpilles.

Distinctions :   - Médaille d'or des Artistes Français,

                        - Chevalier du Mérite Culturel et Artistique.

                        - Chevalier de la Légion d’Honneur,

                        - Grande médaille de vermeil-Art Sciences et Lettres.

                        - Grande médaille de vermeil de la ville de Paris.

C’est en voyageant dans des villes comme New-York, Hong Kong, Séoul, et en constatant que beaucoup de buildings étaient construits en verre et métal, constituant de véritables miroirs où se reflètent les autres bâtiments, ainsi que la vie, avec les voitures, les passants, les marchés…que l’inspiration des paysages urbains lui est venue.

Ce n’est pas la représentation exacte d’un bâtiment qu’il cherche à traduire, mais plutôt une sorte de création géométrique, exprimée avec une gestuelle différente de celle avec laquelle il peint la campagne provençale. Il est une sorte de grand reporter, qui ne copie pas la réalité entrevue, mais la traduit avec sa sensibilité.

Surtout connu par les couleurs chaudes de la Provence, son travail sur les paysages urbains est plus fait autour des valeurs qu’autour des couleurs ; l’atmosphère quotidienne est peut-être plus froide mais la lumière inonde le tout, enflamme le sujet. Grâce aux valeurs, il travaille la profondeur et le relief, la perspective et joue avec les transparences en plaçant quelques suggestions abstraites.

Tous les immeubles l’attirent, à condition qu’ils aient une majesté, un mystère qui lui donnent la possibilité de les représenter comme des personnages, avec leur personnalité et leur charme particuliers. Ce qui le passionne, c’est la transparence des bâtiments, les immeubles en verre se reflètent les uns sur les autres, créant ainsi de nouvelles images qui s’imbriquent, se superposent, s’unifient, mais sont toujours différentes et puis, il y a l’indiscrétion qu’il éprouve de voir à l’intérieur ceux qui y travaillent. (Univers des Arts).

 

   


 

 

Full Reviw on best bokkmakers by http://artbetting.net/
Download Premium Templates
Bookmaker No1 in The UK - William Hill by w.artbetting.net